29.12.17

Bricolages de Noël

Comme chaque année, ce mois de décembre a été bien occupé à fabriquer des décorations de Noël et des petits cadeaux :
- le SOS cookies (recette ici) version renne de Noël, avec du papier Canson, un crayon Posca blanc pour le mode d'emploi, des yeux en plastique et un petit pompon rouge.


- une petit maison en Canson blanc, remplie de boules en chocolat (style M&M's). Pliage trouvé dans un vieux Marie Claire idées mais on peut aussi suivre celui-là. Elle est fermé par une mini-pince à linge rouge et décorée à l'aide un tampon.


- des porte-clés en bouchons de liège peints. Il suffit de visser un petit crochet sur le dessus et d'ajouter un anneau double.


- des père Noël en bûches sciées en biseau puis peintes.


- Des coquilles de noix vidées, dorées au marqueur (Edding 780 par exemple) puis couvertes de gel à paillettes dorées (Pébéo). Il suffit ensuite de les coller en insérant un fil doré à une extrémité.


- Une base de couronne de l'Avent, à faire décorer par les enfants après une balade en forêt : il suffit de déformer un cintre en métal et d'enrouler autour des branches souples (du saule, par exemple)

28.12.17

Les gouters de l'automne

Mieux vaut tard que jamais, je me décide à publier quelques bonnes recettes testées et approuvées cet automne :

- tout d'abord, la tarte chocolat-potiron, faite pour Halloween et trouvée ici. Elle est faisable par les grands enfants et la pâte chocolatée la rend plus attirante qu'une simple pumpkin pie. Seule la décoration en forme de toile d'araignée est un peu délicate.


Pour la pâte à tarte : 200 g de farine
 - 125 g de beurre 
 - 50 g de cacao en poudre
 - 50 g de sucre 
 - 1 oeuf
  / pour la garniture : 400 g de chair de potiron (700g avec la peau) - 25 cl de crème liquide - 150 g de sucre roux - 3 œufs - ½ cuillère àcafé de cannelle - ½ cuillère àcafé de gingembre en poudre - ¼ de cuillère à café de sel / pour le décor : 50 g de chocolat noir

Dans un saladier, réunir la farine, le sucre, le cacao et le beurre et le sel. Casser l’œuf et bien mélanger le tout. Former une boule de pâte. L'emballer dans du film alimentaire et la mettre au réfrigérateur le temps de faire la purée de potiron. 
Éplucher puis couper le potiron en cubes. Fais cuire les morceaux dans une casserole d’eau bouillante pendant 15 minutes. 
Egoutter le potiron dans une passoire et presser avec une cuillère pour enlever l’eau. Écraser la chair de potiron avec une fourchette pour obtenir la consistance d’une purée. 
Dans un autre saladier, fouetter les œufs avec le sucre. Verser la crème puis ajouter les épices, la purée de potiron et bien mélanger.
Préchauffer le four à 180°C. Sortir la pâte du réfrigérateur. L'étaler dans un moule à tarte beurré. Verser la préparation sur la pâte au chocolat et enfourner pendant 40 minutes. Sortir la tarte du four et la laisser refroidir.
Pendant ce temps, faire fondre le chocolat dans une casserole au bain-marie.
Dessiner ensuite une toile d'araignée sur le dessus de la tarte à l'aide d'une poche à douille (ou d'un sac de congélation coupé à une extrémité) remplie du chocolat fondu.

- ensuite, pour les vrais gourmands, le banoffee pie. La recette (de la britannique Trish Deseine) est encore meilleure si préparée la veille. 

La chantilly a servi ici de décor enneigé

1 paquet de 250 g de biscuits digestive (type MacVitites, au rayon anglo-saxon des supermarchés - à défaut des sablés feront l’affaire) - 4 ou 5 bananes - le jus d’un citron – 1 petite boîte (400 g) de lait concentré sucré - 75 g de beurre salé - 200 g de chocolat pâtissier au lait – 20 cL de crème fraîche liquide entière bien froide pour la garniture

Préparer la confiture de lait : entrouvrir la boîte de lait concentré, la poser dans une casserole d’eau frémissante et laisser bouillir à feu doux pendant 3 bonnes heures (ajouter de l'eau régulièrement si besoin). Sortir la boîte de la casserole et la laisser refroidir. Pendant ce temps, bien écraser les biscuits puis les mélanger au beurre fondu. Bien répartir et tasser ce mélange au fond d'un moule à manqué et réserver au frais. 
Une fois la boîte de confiture de lait refroidie, l'ouvrir complètement et étaler son contenu sur la pâte durcie dans le moule. Couper les bananes en rondelles, les asperger de jus de citron et les répartir sur le caramel.
Faire fondre le chocolat à feu doux puis le faire couler sur les bananes et laisser refroidir puis durcir au réfrigérateur pendant au moins 2 heures.
Fouetter la crème en chantilly, en recouvrir le banofee pie puis le remettre au frais jusqu'au moment de servir, après avoir retiré le cercle du moule.

- Enfin, nettement plus léger et parfait pour l'heure du thé, le moelleux au citron.


110 g de beurre - 450 mL de lait - 4 œufs - 150g de sucre -160g de farine - 80 mL de jus de citron frais (= 2 citrons) - zeste de 2 citrons (bio) - sucre glace pour la déco

Faire fondre le beurre.
Séparer les blancs des jaunes d'œufs.
Dans le saladier contenant les jaunes, ajouter le sucre, les zestes de citron et mélanger jusqu'à blanchiment. Ajouter le jus de citron, le beurre fondu, la farine tamisée, le lait et bien mélanger.
Battre les blancs en neige ferme puis les incorporer à la pâte.
Verser la préparation dans un moule carré en métal beurré et enfourner 50 mn à 160°C.
Démouler 10 mn après la sortie du four et saupoudrer le dessus de sucre glace.

27.12.17

Un sweat-shirt fait maison

Pour ses 12 ans, ma fille aînée m'a réclamé un sweat, pièce phare de la garde-robe des collégiens. C'était l'occasion de tester le patron "Courcelles"de Cozy Little World et d'utiliser un métrage de molleton gris chiné (acquis depuis un bon moment et de belle qualité, car ni trop fin ni trop élastique, ici).

Je l'ai cousu avec ma machine classique, équipée d'une aiguille à jersey, en une seule soirée : les explications sont limpides et c'est une pièce très simple à réaliser, qui tombe parfaitement aux épaules et n'est ni trop ample ni trop serré.

En plus de son coût modéré, ce patron a l'avantage de pouvoir être décliné en un gilet ("Monceau") - que je compte bien sûr coudre d'ici peu.

personnalisation thermocollante : Meri Meri

19.10.17

Bricolage : le slime

Le slime, qu'est-ce que c'est ? Rappelez-vous : SOS fantômes, de la pâte gluante qui dégouline à travers les rues de New York... et peut occuper vos enfants de 6 à 12 ans pendant des heures !

Pour être au point pour l'anniversaire de mon fils, où nous avions prévu d'en faire avec ses invités, nous avons testé différentes recettes (et oui, il y a des variations, selon la texture et la transparence recherchées) proposées sur le site de la marque vintage Cléopâtre, réputée pour être LA marque de colle qui marche bien pour fabriquer du slime.

Pour l'anniversaire, nous voulions nous rapprocher du slime du film, qui est translucide.
La "recette" est très simple, et fonctionne aussi bien quelle que soit la marque de colle utilisée :
- un tube de colle transparente en gel.
- pour la teinter (par défaut, le slime prend la couleur bleutée de la lessive liquide) des petits tubes de colorants alimentaires (par exemple Vahiné). On peut aussi ajouter des paillettes mais il faut en mettre beaucoup pour qu'elles se voient et on en a plein les mains après avoir malaxé le slime.
- de l'acide borique, que l'on trouve facilement en (para-)pharmacie (vendu en flacon ou en pipettes). Pour info, nous avons tenté de le remplacer par de l'eau, comme le proposent certains tuto : ça ne "prend" malheureusement pas.

Conseil : il vaut mieux s'installer dans un lieu qui ne craint rien car le slime colle / coule...
Mode d'emploi : verser la colle dans un petit bol, un peu de lessive liquide (ratio : 60 % de colle pour 40 % de lessive), bien mélanger à l'aide d'une tige en plastique, ajouter quelques gouttes de colorants pour obtenir la couleur souhaitée, mélanger à nouveau, puis verser quelques gouttes d'acide borique : le mélange va se détacher petit à petit des parois.
C'est le moment de le malaxer avec les doigts, en prenant soin d'ajouter quelques gouttes de sérum si le slime est trop collant.
Voilà le résultat !

Deuxième recette : le "flubber slime"
Le principe est le même mais il faut remplacer la colle en gel par de la colle blanche et mettre la même quantité de colle que de lessive (puis colorant, paillettes... et acide borique).
Nous n'avons essayé qu'avec la marque Cléopâtre, donc impossible de dire si d'autres marques donnent le même résultat.
La pâte obtenue est opaque.

Et pour finir, le "fluffy slime" : mélanger 80 % de colle en gel et 20 % de produit lentilles puis ajouter progressivement un gros nuage de mousse à raser (+ colorants / paillettes) : le slime obtenu est plus mousseux. Personnellement, je trouve qu'il se conserve moins bien au fil des jours, il a tendance à rendre du liquide et à se désagréger, mais peut-être est-ce dû à la mousse à raser 1er prix que nous avons utilisée.

Pour la conservation de cette pâte, un pot de confiture ou n'importe quelle boîte en plastique qui ferme fait l'affaire. Et si la pâte colle trop les jours suivants, il suffit de remettre un peu d'acide, pour qu'elle soit à nouveau facile à malaxer.


EnregistrerEnregistrer

5.10.17

Un goûter d'anniversaire peuplé de monstres

Six ans, une prédilection pour les créatures effrayantes, un parrain qui lui offre des Playmobil SOS fantômes, le visionnage du film et la découverte du slime... Bref, le thème des monstres s'est imposé naturellement cette année pour le goûter d'anniversaire de mon fils.
Comme tous les ans, la plupart des idées (invitations, modèles de monstres peints sur les cartons et pour la pinata) ont été piochées sur le net, c'est un thème très couru !

Les invitations : une feuille de papier pliée en 3,
des yeux en plastiques et des" dents" collées sur le haut
Assiettes en carton distribuées à l'arrivée des enfants
et coloriées en attendant d'être au complet
Photo booth, pour les  
occuper entre deux activités  

La "création" maison est le monstre aux Chupa Chups. J'ai mis à profit l'emballage d'un des cadeaux reçu peu de temps avant, minuscule boîte calée dans un gros carton à l'aide de carton broyé.
Agrémenté d'yeux (découpés dans des boîtes d'œufs), d'antennes (rouleaux de carton peints, recouverts de pots de yaourts couverts d'alu) et d'une bouche géante (assiette en carton peinte, à l'intérieur de laquelle est collé l'emballage des Chupa Chups en forme de têtes de mort), c'est devenu un monstre mangeur de sucettes.
J'ai caché ces dernières à l'intérieur, dans le carton broyé, après avoir pris soin de ménager une ouverture sur l'arrière pour permettre aux enfants de fouiller les entrailles du monstre.
J'étais un peu sceptique mais ce jeu a bien marché : au début, les enfants avaient peur de glisser leur main dans le carton et ils ont mis un bon moment pour récupérer toutes les sucettes (mais pour un bonbon, ils sont toujours patients !)

 

Après le départ des invités, mon fils vérifie
qu'aucune sucette n'a été oubliée...
Autre activité, bien préparée l'avance pour garantir le résultat : jouer avec du slime (translucide, celui qu'on voit dans SOS fantômes). 
Cette pâte visqueuse, découverte l'an passé par l'intermédiaire de ma fille aînée (c'était à la mode au collège, si si !), n'est pas difficile à faire mais demande un peu d'organisation pour être fabriquée en un temps limité, en petites quantités, dans la couleur choisie par les enfants.
Pour éviter de me retrouver avec vingt-cinq doigts tout collants, je me suis chargée de faire "prendre" chaque boule de pâte avant de la confier aux enfants (recette et explications ici). Chacun avait une petite boîte en plastique pour la conserver.
100% gluant !
Nouvelle surprise : ce truc capable d'occuper mes enfants pendant des heures n'a pas fait l'unanimité parmi les invités. Si certains ont adoré et en ont rapidement étalé un peu partout (tout le monde était installé dans le garage sur une toile enduite... sage précaution), d'autres ont mis du temps pour jouer avec ou à peine voulu y toucher ! Du coup je n'ai pas regretté d'avoir prévu d'autres jeux :

- une course par équipe. Munis d'un monstre-éponge, les participants devaient se relayer pour l'imbiber d'eau à partir d'un seau placé sur la ligne de départ, la vider dans une bassine placée quelques mètres plus loin puis revenir la transmettre au suivant, le but étant de remplir le plus vite la bassine de l'équipe.
Avantage : rigolo ! Dans l'excitation du jeu, certains partaient sans penser à tremper leur éponge dans le seau, d'autres l'essoraient dans la mauvaise bassine...
Inconvénient : jeu un peu humide, à pratiquer en extérieur par beau temps (c'était heureusement le cas ce jour-là !)


- une chasse aux monstres. Chaque enfant gonflait un ballon de baudruche (son monstre) qu'on lui attachait à une cheville à l'aide de ficelle alimentaire. But du jeu : réussir à éclater les monstres des autres tout en protégeant le sien.
Gros succès auprès de tous, ils ont couru comme des fous avant le goûter et y ont rejoué après !


- des grands classiques :
Pinata remplie de mini-carambars

Jeu d'adresse
- jeu des statues musicales, animé par mon mari, métamorphosé en créature féroce qui se réveillait furieuse dès que la musique s'arrêtait.
Masque de plongée et peau de mouton

- pour le goûter, j'ai fait un gâteau très enfantin, par manque de temps et pour compenser le dégoût anticipé provoqué par les yeux de monstres (super idée trouvée ,  à refaire pour Halloween) servis en accompagnement - aucun enfant n'a voulu y goûter ! (en même temps, entre des fruits et des bonbons, le choix est vite fait à cet âge-là...)

yeux en sucre Vahiné déco
spooky mais bon !
- pour les pochettes de bonbons, j'ai cherché en vain des monstres à doigts, si bien que je me suis tournée vers la pâte Fimo, toujours pratique pour des mini-figurines.

Et voilà, c'est fini !

3.10.17

Des livres pour découvrir l'art avec les enfants

Chacun de ces livres, aussi intéressant pour les adultes que pour les enfants, aborde des œuvres sous un angle différent :

- pour les plus petits, un imagier de A à Z, illustré de très beaux détails de tableaux.


- dès 5-6 ans : une sélection de quelques œuvres sur lesquelles s'attarder, afin de ne pas se perdre une fois dans le musée (collection dédiée aux enfants qui regroupe bon nombre de musées parisiens).

- dès 7-8 ans : l'attention du lecteur est attirée sur un détail, il est invité à reproduire le tableau ou à le compléter à sa façon (on peut écrire et dessiner sur le livre !)

- à partir de 9-10 ans : les clés de compréhension sont fournies par différents biais : explications, mise en page ingénieuse avec rabats / tirettes, fourniture de miroir, de radio...


- pour les ado : une BD (il y a pas mal de texte) en 2 tomes


- pour tous : chaque tableau est intégré à une histoire et détourné - hilarant et très bien fait ! À lire avec ses parents (2 tomes parus)

1.9.17

Pâte feuilletée pour les nuls : tarte du soleil et escargots

La tarte du soleil, découverte l'été dernier chez mes parents, est devenue un classique pour le dîner chez nous : grâce à la pâte feuilletée, les enfants sont prêts à tout avaler, y-compris le pesto qu'ils n'aiment officiellement pas dans les pâtes.
Très pratique pour apéritif - on détache un rayon et hop, ça se mange très bien avec les doigts - elle peut se décliner avec pas mal d'ingrédients (sauces et fromages, notamment) selon les goûts : les idées ne manquent pas sur la toile.
Pour les personnes qui auraient échappé à la mode, voici la technique, testée et approuvée cet été par mes enfants.

Ingrédients : 2 rouleaux de pâte feuilletée (préférence pour les marques Marie et Croustipâte) à laisser au frigo jusqu'au dernier moment
pour dorer (optionnel) : un jaune d'œuf battu, avec éventuellement des graines de pavot ou de sésame

Pour la garniture, nos ingrédients favoris sont les suivants :
- 500 g de ricotta mélangés avec un petit pot de pesto (vert ou rouge)
OU un petit pot de caviar de tomates + 1/2 sachet de comté râpé

Mode d'emploi :
- Préchauffer le four à 180°C.
- Sortir le 1er rouleau de pâte feuilletée du frigo et le dérouler sur une plaque de cuisson en gardant le papier.
- Étaler la garniture uniformément sur la pâte, en laissant une bande de 2 cm libre sur son pourtour.
- Humidifier le pourtour à l'aide d'un pinceau trempé dans l'eau.
- Sortir le 2e rouleau de pâte et le superposer bord à bord sur le 1er.
- Bien souder les bords en appuyant avec les doigts.
- Poser un verre au centre de la tourte.
- Avec un couteau, découper des rayons partant du bord du verre jusqu'au bord de la tourte en coupant  bien toutes les épaisseurs.
- En veillant à ne pas casser la partie la plus étroite des rayons (celle qui qui touche le verre, à laisser en place pendant cette opération), tourner chaque rayon 3 fois sur lui-même (plus vous aurez fait de rayons, plus ce sera délicat car une fois sortie du frigo, la pâte feuilletée ramollit et est de plus en plus difficile à manipuler. Il faut donc aller vite pour toutes ces étapes !)
- Dorer la pâte au pinceau puis enfourner une vingtaine de minutes.
- Laisser refroidir 5-10 mn avant de servir.
La partie un peu "délicate" : couper et former les rayons
Touche finale : le dorage au pinceau
Une petite salade en accompagnement et voilà le dîner !
Et pour compléter, une deuxième recette tout aussi facile et rapide à réaliser : les escargots à la tapenade.
Ingrédients : 1 rouleau de pâte feuilletée + 1 petit pot de tapenade.
Étaler la tapenade sur le rouleau de pâte feuilletée, rouler la pâte bien serrée sur elle-même d'un bout à l'autre puis couper la bûche en rondelles (qui, de profil, ressemblent à des escargots, si vous avez réussi à ne pas trop écraser la pâte...)
Répartir ces rondelles sur une plaque de four couverte de papier cuisson et enfourner jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées (environ 20 mn à 180 °C).

EnregistrerEnregistrer